DEFI LITTERAIRE : OU VA-T-ON S’ARRETER ?

|

L’émulation a quelque chose de bon. Elle pousse les gens à se surpasser. Après le texte aux trois lettres manquantes, en voici un autre, avec…quatre lettres manquantes. Découvrez lesquelles ! Et, si vous le voulez, à vous de jouer !

 

Le chant de la nature

La lune est rubiconde ce soir.

Tous les yeux sont fixés sur cette couleur atypique et superbe.

Il y a bien quelques esprits psychotiques ou des prophètes exaltés qui ont peur de cette situation : ils ne désirent rien autant que répandre leurs prédictions.

Fin, extinction, destruction, conflits, carences, désespoir.

Pour ceux qui les écoutent, c’est la paranoïa assurée. De là à pousser au suicide il n’y a qu’un pas.

Le petit Ruben préfère penser positif. La lune a de beaux habits, ce soir, et alors ? Peut-être le soleil lui a-t-elle fixé un rencard, ainsi que le dit la chanson populaire bien connue…

L’astre donne à la terre, au blé, aux habitations ternes, un aspect de sérénité, de plénitude. L’exhalaison des quelques badauds attirés par le spectacle, surpris par le froid, a, aussi, acquis ce ton rosé. Ils en ont l’air plus fréquentables. A quoi tient l’appréciation qu’on porte sur les êtres qui nous entourent !

Une nébulosité traînante occulte un instant l’astre coloré. Un chien – ou est-ce un loup ? – hurle au loin. Les rafales d’Eole se font plus pressantes.

Et si les diseurs d’infortune parlaient de raison ? Si le destin de la terre était scellé, ici et à présent ?

Les spectateurs s’éclipsent, se barricadent chez eux tandis que la pluie, fine et coupante, auréole la scène de son funeste assaut.

Seul Ruben est resté là. Il n’a que faire de l’eau qui le transperce.

Seul, il se repaît de la perception de ce décor surréaliste. Il respire. Il est bien.

Seul sur cette terre, hanté par une sensation de toute puissance face à la nature déchaînée.

Share on FacebookTweet about this on Twitter