SIRE CEDRIC : UN RAVISSEMENT !

|

On se figure souvent que les auteurs à succès sont des personnes fermées, rétives à la rencontre avec leur public – sauf dans les gros événements style Foire du Livre – et, par-dessus le marché imbus et antipathiques.

29513008_10155170331731816_5327765774191958151_nSire Cedric est tout le contraire ! Fort d’une dizaine de titres parus, l’auteur toulousain de thrillers sanglants gravit mine de rien la pente de la popularité, autant en France qu’en Belgique.

80 passionnés avaient d’ailleurs sauté sur l’occasion de rencontrer l’auteur, invité par la Bibliothèque (sur la base d’un simple mail, au départ !).

Dans une ambiance spécialement préparée par l’équipe de la Bibliothèque (merci à tous !, sans oublier l’EPN (décoration et technique), le Service Communication (pour la superbe affiche) et le Service Travaux( pour la mise à disposition de la sono et de l’éclairage)), Sire Cedric se sera dévoilé aux yeux d’un public ravi. Questions en tout genre, anecdotes, témoignages sur son métier, l’auteur à l’allure gothique, longs cheveux noirs et regard pénétrant, n’a pas été avare en paroles, prenant le temps de répondre à chacun avec allant et précision. A deux reprises, Gaba, du Centre culturel de Huy, a ponctué la séance de lectures à voix haute, plantant ainsi le décor et le domaine de prédilection de l’invité du jour.

Que l’on soit déjà familiarisé ou non avec son écriture au couteau, chacun a pu prendre la mesure de Sire Cedric, adolescent des années ’80, amateur de films d’horreur de l’époque, de Stephen King et de Clive Barker (auxquels ils vouent une admiration sans bornes). Bien dans son époque, il reconnaît aussi l’importance de l’internet (pour les recherches mais aussi pour le contact avec les lecteurs et les éditeurs), la situation privilégiée qu’il vit (« je vis de ma passion de raconteur d’histoires ! »), jusqu’à l’importance de l’image qu’il véhicule (à ce propos, il envisage de changer de nom de plume, car « Sire Cedric » peut paraître soit arrogant, soit déstabilisant (pour les bibliothécaires entre autres), soit l’identifier à un auteur de fantasy pour gamins. Sire, c’est un surnom que lui ont donné ses amis d’université et rien de plus.

S’accusant d’un retard inexcusable pour la rentrée de son dernier roman, toujours en cours d’écriture, l’auteur déclare vouloir se faire plus sélectif en nombre de séances de signatures, auréolant davantage la visite hutoise d’un cachet d’exclusivité !

Après deux heures de débats, Sire Cedric s’est livré, de la façon la plus simple, humble et humaine, à une séance de dédicaces de ses livres parus en poche. Pendant plus de deux heures, sans discontinuer, alternant petits mots avec ses visiteurs (d’aucuns étaient venus de loin – Ardennes, Nord de la France,…) et photos personnalisées.

20180327114943182Suite à cet événement, Sire Cedric n’a pas manqué de remercier toute l’équipe de la Bibliothèque et de remarquer la qualité de l’organisation, depuis sa prise en charge jusqu’à son départ, en passant par le succulent repas au restaurant Le Cortina (Plaine de la Sarte) et la nuit passée à la chambre d’hôte « Les Augustins ».

L’auteur s’est déclaré véritablement enchanté, à l’instar de ses nombreux visiteurs qui n’ont pas manqué de poster leurs impressions – toutes positives – sur sa page facebook ou le mail de la bibliothèque.

Cet événement fera date dans l’histoire de la Bibliothèque, qui compte bien réitérer ce genre d’animations avec d’autres auteurs, tout aussi disponibles (espérons-le) .

Share on FacebookTweet about this on Twitter